Senarclens Pierre de

Pierre de Senarclens. Professeur de Relations Internationales à l'université de Lausanne. Ordre et Puissance in Mélanges Marcel Merle, Economica, Paris, 1993.

1
... on perçoit bien l'urgence de trouver dans le cadre des Nations Unies ou d'institutions régionales, les instruments de prévention et d'arbitrage, les moyens politiques et militaires pour enrayer la prolifération des violences et des guerres de nature ethnique ou nationaliste. On comprend aussi la nécessité de renforcer les mécanismes de coopération intergouvernementale pour trouver des solutions aux énormes problèmes économiques et sociaux inhérents au développement d'un marché planétaire échappant au contrôle des Etats. On sait également que l'on ne pourra pas affronter sérieusement les défis posés par la dégradation de l'environnement sans créer des institutions dotées de nouveaux pouvoirs "supranationaux", où pourront se négocier, s'harmoniser et se gérer les conflits d'intérêt économiques et politiques posés par la raréfaction des ressources planétaires. Vers un nouveau régime de sécurité collective, pp. 122-123

2
La réalisation de cette sécurité collective, le développement des conditions socio-économiques nécessaires à son maintien, dépendront aussi de la capacité des grandes puissances de convaincre que leur hégémonie est légitime, donc du soutien qu'elles apporteront aux principes et institutions nécessaires à l'instauration et au développement d'un nouvel ordre international. A cette fin, elles devront s'efforcer d'atténuer le fossé qui existe actuellement entre les principes de justice et d'équité qu'elles proclament d'une part, et la politique qu'elles poursuivent d'autre part. Pour cela, les Etats-Unis, le Japon, la Communauté européenne doivent trouver assez d'intérêts communs pour assumer ensemble, et avec les autres pays riches du Nord et du Sud, les responsabilités que leur confère leur prépondérance économique et politique. C'est en tous les cas une des conditions de l'instauration d'un nouvel ordre international. Idem, pp. 123-124.

Vers Première Page