Ralph Schor. Professeur d'histoire à l'Université de Nice.
Auteur, notamment, de L'Antisémitisme en France pendant les années trente, 381 p., Ed. Complexe, Bruxelles, 1992 : L'opinion française et les étrangers, 1919-1939, La Sorbonne, Paris, 1995 ; Histoire de l'immigration en France, Armand Colin, 1999.

1
Ainsi, malgré des siècles de civilisation chrétienne et de défense humaniste, la part obscure qui habite l'homme, les peurs irraisonnées, le rejet de l'autre n'ont pas disparu et, sans doute, ne peuvent se dissiper.
Mais si l'homme est influencé par son instinct, il est aussi un être de raison. Voilà pourquoi il est permis d'espérer qu'au-delà de la simple réprobation de l'antisémitisme, une pédagogie de l'antiracisme peut contribuer, avec des remèdes sociaux et économiques, à faire reculer le mal.
Sans doute les esprits les plus fanatiques ne seront-ils pas convaincus, mais il existe une frange d'individus influençables, mal informés, peu conscients des implications profondes de l'antisémitisme. C'est à eux qu'il faut rappeler à quelles monstruosités conduisirent les attaques dirigées contre les juifs pendant les années 1930, c'est à eux qu'il faut expliquer combien les oppositions artificiellement posées entre les hommes représentent une régression, c'est à eux qu'il faut montrer que les théories de haine entraînent des combats fratricides niant le principe essentiel de l'unité du genre humain.
L'Antisémitisme en France pendant les années trente, pp. 325-326.

Vers Première Page