Victor Scardigli

Directeur de recherche au CNRS. Auteur de L'Europe de la diversité. La dynamique des identités régionales, 239 p., CNRS Editions, Paris, 1993.

1
Erigé depuis près d'un demi-siècle en valeur suprême de la civilisation, le progrès technique, cet "enchantement du monde", est remis en question, sans qu'apparaisse pour autant une alternative.
Au cours des années 50, 60, 70, industriels, Etats et organisations internationales promettaient l'accès au bien-être par les objets techniques quotidiens et le retour à la convivialité par la télécommunication. Péremptoires, ils annonçaient la fin de la faim, des souffrances, des inégalités. La déception est à la mesure de ces promesses...

Il faut bien constater que les technologies nouvelles n'ont pu soigner le mal de vivre et la perte du lien social dans les civilisations occidentales, pas plus qu'elles n'ont assuré à des milliards d'êtres humains la satisfaction des besoins de base énoncés dans la Charte des Nations unies : nourriture, logement, santé, a fortiori éducation et travail.
Progrès technique et sens de la vie, Le Monde diplomatique, juin 1993, p.32.

Vers Première Page