Rémy Ourdan

Journaliste.

1
Ibrahim est un "sauvage". Terrifiant. Il a seize ans, et sa vie a été forgée par la guerre. Une descente aux enfers.
"Au Libéria, en 1991, j'ai été capturé par des combattants. Je suis devenu soldat. J'avais huit ans." Ibrahim Barry Junior a combattu avec trois factions libériennes, puis deux factions sierra-léonaises.
Il a obtenu, à quatorze ans, des galons de "général", commandant d'une Small Boys Unit, une unité d'enfants-soldats. Môme kidnappé, martyrisé, enrôlé, il est devenu kidnappeur, tueur, "un vrai combattant, un des meilleurs". Ibrahim Barry Junior a perdu son identité pour devenir "Share Blood", puis "General Share Blood", un homme de la jungle, une célébrité au sein de son bataillon.

"Share Blood", le partage du sang ? "Oh, c'est à cause de cette manie de boire une coupe de sang humain chaque matin." ...

"J'ai été initié à l'art de la guerre au Libéria par l'Ulimo-K, puis par le NPFL de Charles Taylor. "Je me souviens des premières semaines d'entraînement. Un officier libérien nous apprenait à manier le kalachnikov. Et un sorcier guinéen nous faisait boire du sang, manger des coeurs de prisonniers."...

"Mes hommes savaient que je devais boire une coupe de sang humain chaque matin. Si nous avions un prisonnier, je le tuais moi-même. Je lui coupais la tête avec une machette. Sinon j'envoyais mes boys chercher un prisonnier ailleurs, ou capturer un civil. Ensuite, je mélangeais mes drogues dans le sang. Cette cérémonie me donnait du courage et de la clairvoyance. C'est ainsi que j'étais le meilleur soldat."
Rémy Ourdan, La guerre oubliée de la Sierra Leone, Au coeur des ténèbres, Le Monde, 1er décembre 1999, p.14.

Vers Première Page