Théodore Monod (1902-2000).

Naturaliste, ethnologue, archéologue ... Chrétien réformé membre du Mouvement contre le racisme et l'antisémitisme et pour la paix (Mrap), Président du Rassemblement des opposants à la chasse...
Auteur de nombreux ouvrages, notamment de Sortie de secours, 278 p., Seghers, Paris 1991.

1
Il est temps de nous demander où est le processus d'humanisation déclenché il n'y a somme toute pas si longtemps...
Si l'horloge paléontologique sonnait en ce moment midi, la naissance de notre espèce se situerait à plus de 11 heures, 59 minutes, 59 secondes...
Ajoutez que les mammifères seraient apparus à 11 h 30 et les poissons à 11 heures.
On nous dira donc : l'Homme ne fait qu'apparaître. Ne désespérons pas trop tôt. Il n'est pas encore certain qu'il va refuser la civilisation - la vraie - pas celle des mécaniques et de la bombe -, il peut encore accepter de renier l'ancestrale barbarie, il peut encore refuser la guerre,la violence, la torture, renier ses faux dieux, le Sang, la Race, le Sexe, le Profit, le Prestige, la Raison d'Etat.
Il peut..., je l'admets. Le fera-t-il ? Qui oserait aujourd'hui déjà l'affirmer ?
Sortie de secours, pp. 85-86.

2

Il faut humblement le reconnaître : nous sommes encore, à bien des égards, des hommes préhistoriques, englués dans la barbarie des origines, malgré nos transistors et nos machines à laver.
Est-il au fond tout à fait assuré, par exemple, que nous haïssons la guerre et que nous ne louchons pas parfois avec une certaine nostalgie vers ce temporaire succédané d'âge du bronze qu'elle peut encore constituer, vers cette évasion hors des contraintes un peu quotidiennes et un peu fades de la morale usuelle : le bon mari, le bon père, l'honnête épicier du coin ?
Ibidem, pp. 90-91.

3
Chargé de dépouiller pour le Mouvement contre le racisme et l'antisémitisme et pour la paix une enquête sur le racisme, j'y ai trouvé invoquées une foule de raisons, politiques, économiques, philosophiques, etc.
Pratiquement personne n'avait seulement songé à l'explication biologique, au vieux sang des ancêtres continuant à charrier dans nos veines les instinct de la horde et du clan.
Ibidem, p. 91.

Retour Première page