Le padre Julio Meinvielle (1905-1973) est un théologien catholique fondamentaliste argentin, d'origine française.
Auteur d'ouvrages antilibéraux et antisocialistes, judéophobes, notamment : Concepcion catolica de la política, Ediciones Theoria, 1ª edicion, Buenos Aires, 1934, 4ª edicion, 1974 ; El Judio en el ministerio de la historia, Ediciones Theoria, Buenos Aires, 1936, tercera edition, 1959, Les Juifs dans le mystère de l'histoire, Editions D.F.T., 35370 Argentré-du-Plessis (France), 2001 ; Que saldra de la Espana que sangra, J.A.C., Buenos Aires, 1937 ; De Lamennais à Maritain, Nuestro Tiempo, Buenos Aires, 1945, Ed. Dominique Martin Morin (53290 Bouère), 2001 ; Conceptos fundamentales de la economia, Nuestro tiempo, Buenos Aires, 1948, Eudeba, 21ª edición, 1973 ; Teilhard de Chardin o la religión de la evolución, Ediciones Theoria, Buenos Aires, 1965.

1
MISÈRES DU PEUPLE JUIF

Mais plus est élevé la grandeur d'Israël, qui a été prédestiné dans le Christ, plus grande devra être sa fidélité au Christ. Malheur à ce peuple s'il en vient à répudier Celui qui est son salut! Alors il continuera à être le premier, mais le premier dans l'iniquité. Et tout ce que le monde peut produire de plus inique et de plus pervers sortira aussi de ce peuple.

Judas le traître fut juif. Juifs Anne et Caïphe. Juif le peuple qui se réjouissait du sang du Sauveur et qui clamait: «Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants!». Juifs, ceux qui lapidèrent Saint Étienne. Juifs, ceux qui donnèrent la mort à l'Apôtre Saint Jacques de Jérusalem. Juifs, tous ceux qui dressaient des embûches à la prédication des Apôtres. Le crime le plus grand de tous les temps, la mort de l'Homme-Dieu, a été perpétrée par ce peuple, qui mérita pour cela le nom de «perfide».
Les Juifs dans le mystère de l'histoire, p. 15-16

2
ILS CONSPIRENT CONTRE L'ÉTAT

Les juifs, s'ils veulent la disparition du christianisme, doivent aussi travailler à la destruction des États chrétiens, et c'est ainsi que nous les voyons à toute époque, occupés à la tâche de conspirer contre l'État qui leur donne l'hospitalité. Jamais on ne les a vus s'assimiler au pays qui les a accueillis; au contraire, ils forment en son sein un foyer permanent d'espionnage, disposés à le remettre au premier ennemi qui se présentera.
Ibidem, p. 38

3
SAGESSE DE L'ÉGLISE

Sagesse admirable de l'Église, qui a su pénétrer profondément dans le coeur des juifs et dans celui des chrétiens, pour découvrir en ceux-là le désir dissimulé mais profond de domination universelle, et dans le coeur de ceux-ci la simplicité pécheresse de recourir aux juifs pour obtenir quelques avantages pour leurs caisses d'or.

Parce que la mise en esclavage des chrétiens, des peuples chrétiens, sous le pouvoir judaïque, a commencé par la faute des chrétiens. Les juifs, par leur orgueilleux désir de domination, ne font qu'accomplir leur devoir. C'est pour cela qu'ils sont au milieu des peuples chrétiens: pour les dominer, s'ils le peuvent. C'est leur rôle théologique; c'est-à-dire, la mission que Dieu a départie à leur perfidie.

Les chrétiens ne veulent pas être victimes de cette perfidie? Qu'ils cessent de fréquenter les juifs; qu'ils ne se livrent pas à leurs vices, et ainsi, ils n'auront pas besoin de recourir au prêteur juif, ni aux cinémas juifs, ni aux revues juives, et ils n'auront pas à supporter demain le patron juif à l'usine, le patron juif au bureau, dans les banques, dans les entreprises commerciales, le patron juif dans la richesse du pays, dans le blé, dans le maïs, dans le lin, dans le lait, dans le vin, dans le sucre, dans le pétrole, dans les titres et les actions de toute entreprise d'importance, dans la circulation de la monnaie, dans l'or, et peut-être aussi dans le domaine politique. Ils ne devront pas, demain, penser à la manière juive en théologie, en philosophie, en histoire, en politique, en économie, parce que la presse juive et les universités, les écoles et la bibliographie judaïsées ont formé la mentalité de notre peuple; ils n'auront pas à supporter demain l'action mortifère des juifs dans la société libérale que nous a léguée la Révolution Française, l'action juive dans la socialisation des peuples du socialisme, ni la mise en esclavage judaïque dans le communisme.
Ibidem, p. 48-49

4
LES JUIFS ÉMANCIPES ET LEUR PLAN DE CONQUETE DU MONDE CHRÉTIEN

Le 27 Septembre 1791, les juifs sont complètement émancipés à la face du monde. Et par le fait même de l'émancipation des juifs l'ordre social chrétien se trouve détruit sous le prétexte mensonger les Droits de l'Homme. Les juifs pourront dès l'instant commencer en pleine lumière leur travail de conquête de la société chrétienne, non seulement parce qu'ils sont sur un pied d'égalité avec les peuples chrétiens, mais aussi parce que les lois antichrétiennes qui se sont implantées vont favoriser l'exécution de leurs plans séculaires.

Quelle sera, dès lors, la tactique judaïque pour atteindre le propos de domination universelle? Extrêmement simple et extrêmement efficace.

Ils s'empareront des richesses de tous les peuples. Et avec cette richesse, ils corrompront les mêmes peuples physiquement et moralement, jusqu'à en faire une foule d'esclaves, qui n'auront d'autre destin que de travailler sous le joug de cette race maudite, et à son profit exclusif.

Nous avons trois choses à démontrer:
La première, c'est que par le Capitalisme, les juifs s'accaparent des richesses de tous les peuples.
La seconde, c'est qu'au moyen du Libéralisme et du Socialisme, les juifs, maîtres des richesses du monde, empoisonnent tous les peuples, pervertissant leur intelligence et corrompant leur cœur.
La troisième, c'est qu'avec le Communisme, les juifs exterminent leurs adversaires et soumettent les chrétiens à un joug impossible à briser.
Ibidem, p. 59-60

5
LES JUIFS ET LA CORRUPTION DEMO-LIBERALE

.... Mais, direz-vous, comment est-il possible que le juif bâtisse à la fois le socialisme et le capitalisme, deux forces qui se contredisent et s'éliminent? Très simple. Parce que ces deux créations sont construites par les chrétiens, ad usum christianorum. Le capitalisme, pour leur voler ce qu'ils ont. Le socialisme, pour empoisonner ceux qui n'ont rien, et établir ainsi la lutte des classes.

Avec le capitalisme et le paupérisme, avec les bourgeois et les prolétaires, avec le libéralisme et le socialisme, les juifs ont réussi à partager le monde en deux camps également pernicieux. Et dès lors, toutes les manifestations de la vie, de culture, de bienfaisance, syndicales, religieuses, politiques, économiques, portent le sceau de l'un ou l'autre camp.

Et le Catholicisme, qui est le Salut du Monde, qui a construit la chrétienté, reste confiné dans une «espèce de ghetto», tout juste jeté dans un coin des sacristies, dans les séminaires et dans les couvents.

Les gens, le public, se sont judaïsés: les riches avec le libéralisme, les pauvres avec le socialisme. Tous pensent, haïssent, aiment et dansent à la façon judaïque. Tous se sentent libres, c'est vrai, libres pour être manœuvrés comme des guignols par l'astucieux pouvoir des fils d'Israël. Tous libres, mais aucun ne pense autrement que par le cerveau judaïsé de son journal, de son livre, de sa revue. Tous libres, mais aucun n'a de haine ni d'amour qu'à travers l'artiste ou l'acteur judaïsé du cinéma. Tous libres, mais leurs idées politiques, économiques, religieuses, philosophiques, ont été préparées et imposées par les juifs.
Ibidem, p. 65

6
Il n'y a pas de doute que la mixture de juifs et de chrétiens, qui s'opère depuis la Renaissance, est pernicieuse, parce qu'on ne doit pas semer l'ivraie avec le blé, et ce mélange nous a maintenant acculés à une collision catastrophique, dont il est difficile de prévoir le dénouement.

Mais si Dieu l'a permis, c'est que quelque chose de bon doit pouvoir sortir de cette mixture.
Et quel bien le Seigneur peut-il en faire sortir?
En premier lieu, il fait expier aux nations chrétiennes leur impiété de plusieurs siècles, pour qu'elles reviennent vers le Seigneur, contrites. Dieu n'a pas appelé aux bienfaits de la Foi les peuples barbares pour qu'ils s'adonnent aux idolâtries et aux abominations des temps modernes. Les peuples chrétiens, avec la France, Fille aînée de l'Église, en tête, devaient être les hérauts de la Foi et de l'Amour chrétien entre les peuples d'Orient et d'Occident, pour que sur toute la terre fut connu et invoqué le nom du Seigneur. Au contraire, ils ont été les hérauts du péché. Il faut bien expier ces fautes. Et de même que le peuple juif, qui renia le Christ, fut livré à la captivité dégradante des autres peuples, de même aujourd'hui, nous, les gentils, nous connaîtrons l'opprobre de l'esclavage judaïque.
Ibidem, p. 70

7
ÉPILOGUE

Les considérations qui précèdent ont été écrites pour expliquer LE JUIF. La race juive est une race salvatrice dans le Christ.

Tout ce qu'on pourra dire au sujet du juif restera bien court devant la grandeur de cette race qui nous a apporté le Christ et Marie.

Mais le Christ et Marie sont si grands que leur grandeur surpasse la grandeur hUmaine. Le Christ et Marie touchent au Divin. Le Christ comme Fils Unique du Père, Splendeur de la Substance Divine. La Vierge Marie comme Mère de Dieu. Aussi le juif, soutien généalogique de grandeurs qui surpassent sa propre valeur, aurait dû s'abîmer dans sa propre petitesse à cause des grandeurs qu'il porte. Mais au contraire une partie d'Israël fut mordue par l'orgueil. Insensée, elle se crut plus grande que les autres peuples, que toutes les autres races ... et surtout plus grande que le Christ et Marie.

Elle se crut supérieure à tous et éleva autour d'elle une enceinte pour ne pas se contaminer à l'infériorité des autres; et elle a travaillé avec astuce pour les dominer. Et elle continue à le faire. Avec la Presse et avec l'argent, les juifs ont aujourd'hui le contrôle des peuples chrétiens.

Dans le régime de grandeur charnelle que leur astuce a élevé avec les forces déchristianisées, les juifs sont les maîtres, et il n'y a pas apparemment, de pouvoir capable de résister à leur puissance occulte. Alors les peuples chrétiens devront-ils se voir condamnés à un esclavage dégradant et sans rédemption sous la prépotence judaïque? En aucune manière. Il faut secouer avec une énergie virile cette domination génératrice de mort.
Ibidem, p. 92-93

Vers Première Page