Kant Immanuel (1724-1804)
Philosophe allemand, protestant piétiste, qui fonde le droit sur la morale du libéralisme politique. Oeuvres philosophiques, 3 vol., Gallimard, La Pléiade, Paris, 1980-1986.

1

Le droit est donc l'ensemble des conditions au moyen desquelles la faculté d'agir de l'un peut s'accorder avec la faculté d'agir de l'autre, suivant une loi générale de liberté. ...
Quand donc mon action, ou en général mon état, peut s'accorder avec la liberté de chacun suivant une loi générale, celui-là porte atteinte à mon droit, qui m'y fait obstacle ; car cet obstacle (cette opposition) ne peut s'accorder avec une liberté réglée par des lois générales. ... C'est uniquement à l'Ethique qu'il appartient d'exiger de moi que je me fasse une maxime d'agir conformément au droit. ...
Or tout ce qui est injuste est un obstacle à la liberté, en tant qu'elle est soumise à des lois générales ; et la contrainte est elle-même un obstacle ou une résistance faite à la liberté. Donc, si un certain usage de la liberté même est un obstacle à la liberté, en tant qu'elle est soumise à des lois générales (c'est-à-dire est injuste), la contrainte, opposée à cet usage, en tant qu'elle sert à écarter un obstacle fait à la liberté, s'accorde avec la liberté même suivant des lois générales, c'est-à-dire est juste. Par conséquent le droit implique, suivant le principe de contradiction, la faculté de contraindre celui qui y porte atteinte. Doctrine du droit, Introduction, B, C, D.

2
La communauté sexuelle (commercium sexuale) est l'usage réciproque des organes et des facultés sexuels de deux individus. Ou bien cet usage est naturel (c'est celui par lequel on peut procréer son semblable) ; ou bien il est contre nature, et celui-ci a lieu ou avec une personne du même sexe, ou avec un animal d'une autre espèce. Ces transgressions des lois, ces vices contre-nature, qu'on ne peut pas même nommer, sont des attentats à l'humanité résidant entre notre personne, qu'aucune restriction ou aucune exception ne peut sauver d'une réprobation absolue.
Quant au commerce naturel des sexes, ou bien il n'obéit qu'à la nature animale (fornicatio), ou bien il se conforme à la loi. - Dans le second cas, c'est le mariage, c'est à dire l'union de deux personnes de sexe différent, mettant en commun, pour toute la durée de leur vie, la possession de leurs facultés sexuelles. ... la loi même de l'humanité le (le mariage) proclame nécessaire, c'est à dire que, si l'homme et la femme veulent jouir l'un de l'autre au moyen de leurs facultés sexuelles, ils doivent nécessairement se marier, et que cette nécessité leur est imposée par les lois juridiques de la raison pure. Doctrine du droit, XXIV.

Vers Première Page