Judt Tony
Tony Judt. Historien britannique ayant enseigné l'histoire à Oxford et Berkeley. Professeur d'histoire à l'Université de New York. Auteur, notamment, de Marxism and the French Left : studies in labour and politics in France, 1830-1981, Oxford University Press, New York 1986, Le marxisme et la gauche française, Hachette, Paris 1987 ; Past imperfect : French intellectuals, 1944-1956, University of California Press, Berkeley 1992, Un passé imparfait, les intellectuels français, Fayard, Paris 1992. Pour l'historien britannique Tony Judt, les Etats-Unis doivent entièrement revoir leurs rapports avec le reste du monde

1
TOUTES les grandes puissances sont arrogantes. Il se trouve simplement que l'Amérique est la seule qu'on ait sous la main. Or (...) l'Amérique est également inconséquente. Hypocrite, dirait Ben Laden et d'innombrables éditorialistes arabes. (...) L'Amérique donne immanquablement l'impression de dire une chose et d'en faire une autre. (...) Elle change d'alliances à l'étranger avec une facilité déconcertante : l'Inde, puis le Pakistan ; l'Irak, puis l'Iran. Nous adoptons un pays, et nous l'abandonnons. Se choisir des amis à l'étranger (et les laisser tomber ensuite) pour des intérêts à court terme est le plus sûr moyen de se faire des ennemis. Le monde musulman n'est pas unanimement choqué par le modèle et le leadership américains. Mais il est blessé et intimement marqué par le traitement changeant qui lui est réservé, qui passe brutalement des promesses à l'indifférence.
L'Amérique et la guerre, lemonde.fr | 24.11.01 | 18h05, Le Monde, 25/26 novembre 2001, p. 20. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Sylvette Gleize. Tony Judt ("The New York Review of Books", novembre 2001)

2
ENFIN, les Etats-Unis doivent entièrement revoir leurs rapports avec le reste du monde. Ceux qui nous haïssent pour nos valeurs (qui de toute façon sont occidentales, et non pas américaines) sont beaucoup moins nombreux que ceux qui nous reprochent notre politique étrangère. Nos efforts pour éradiquer le terrorisme n'aboutiront à rien si nous continuons, pour des raisons tactiques, de fréquenter, sans émettre de critique, des dirigeants qui pratiquent chez eux les crimes mêmes que nous déclarons abhorrer. Cela vaut également pour les actions de nos amis. La politique qu'Israël poursuit est "pire qu'un crime, c'est de la bêtise", et les Etats-Unis ne servent ni eux-mêmes ni Israël en couvrant implicitement cette politique vis-à-vis des Palestiniens. (...)
Ibidem

Vers Première Page