Ahmet Insel

Universitaire turc, enseigant en France et à l'Université de Galatasaray.

1
A Igdir, la ville-frontière avec l'Arménie, est érigé, depuis quelques mois, un «monument de commémoration des massacres perpétrés par les Arméniens», appelé par la presse locale le «monument du génocide». Cinq épées de 43 mètres de haut se dressent pour qu'elles soient visibles de l'autre côté de la frontière, jusqu'à Erevan.

Le ministre turc de la Défense, membre du Parti d'action nationaliste, décide d'inaugurer dans les villes touristiques de la Turquie d'autres «monuments de commémoration du génocide». Du refus de reconnaître la pertinence de l'utilisation du terme de «génocide» pour désigner les massacres subis par les Arméniens, nous passons, avec l'appui des médias, au délire négationniste. Sans pour autant se rendre compte qu'en agissant ainsi nous reconnaissons de facto le fait génocidaire.
AHMET INSEL, Ne nions pas la douleur arménienne, Libération, Rebonds, 5 fevrier 2001, p. 6.

2
Face à cette évolution prévisible, la Turquie se comporte en conformité avec l'un de ses proverbes préférés qui affirme que «la dénégation est la citadelle du brave». Non seulement certains nient les cruautés subies par les Arméniens, mais la tendance, orchestrée par la droite nationaliste au pouvoir, est de reconnaître un génocide, mais celui effectué «par les Arméniens contre les populations turques ou musulmanes».

Il est vrai que des bandes armées arméniennes ont massacré des populations civiles quand elles jouaient aux avant-gardes des armées russes en guerre contre l'Empire ottoman ou étaient enrôlées dans la Légion arménienne par l'armée française d'occupation.
Le revers de la médaille que l'historiographie arménienne a tendance à occulter de son côté. Mais, de là à affirmer qu'il y a eu une politique de génocide mise en œuvre par les Arméniens, il y a un seuil que les nationalistes turcs franchissent allègrement.
Ibidem.

3
Si le génocide est défini comme une politique délibérée, systématique, organisée et universelle qui vise à l'élimination physique d'un groupe de population, on ne peut affirmer avec certitude que la décision de déportation des populations arméniennes, prise en 1915 et appliquée durant quelques années, était une politique de génocide.
Mais, dans la mise en place de cette politique de déportation, une branche du pouvoir, celle contrôlée par le Parti union et progrès, a mis en branle la machinerie infernale par l'entremise de son Organisation spéciale. Certains responsables ottomans de l'époque ont jugé qu'il serait préférable «pour l'intérêt de l'Etat» de ne pas seulement déporter, mais d'éliminer physiquement une partie des Arméniens.
Ils vivaient dans le vertige de la perte de l'empire. Ils ont aussi été aidés dans cette tâche lugubre par certaines tribus kurdes. Mais la déportation n'a pas touché toutes les populations arméniennes vivant dans l'Empire ottoman.
Ibidem.

4
La société turque vit une crise de dénégation. La plupart des organisations de gauche, les syndicats, au côté des représentants des chambres de commerce et des associations ultranationalistes, protestent contre la France.
Mais il ne vient pas à l'esprit de la gauche turque que, avec l'inauguration de monuments en Turquie qui accusent les Arméniens du crime de génocide, nous foulons au pied la mémoire des Arméniens. A part quelques historiens courageux qui s'expriment et publient sur les crimes de la déportation, la gauche turque a-t-elle déposé une seule gerbe en souvenir des victimes arméniennes?
Ibidem.

5
Quand demain les Etats-Unis, l'Angleterre, puis d'autres pays occidentaux, ou l'Iran et la Syrie, où vit une forte population arménienne, voteront une décision similaire à celle du Parlement français, nous déborderons encore plus d'énergie et de passion pour organiser de nouvelles manifestations, pour brûler toutes sortes de drapeaux et pour boycotter tous ces pays.
Cette agitation aveugle, accompagnée d'un pathos nationaliste de repli, n'est-elle pas la manifestation d'une grave crise de notre imaginaire social-historique? Nous sommes entrés dans une spirale d'enfermement sur notre discours. Je crains que son aboutissement soit de faire de notre pays la Serbie ou l'Irak de la décennie à venir.
Ainsi ceux, en Europe et en Turquie, qui voyaient avec horreur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne auront définitivement gagné la partie. Ibidem.

Vers Première Page