Hegel Friedrich
Friedrich Hegel (1770-1831). Allemand, protestant, philosophe de la liberté par le droit de l'Etat impérial. La Raison dans l'Histoire (1830), UGE 10/18 n°235, Paris.

1

Dans la mesure où l'individu porte en soi la connaissance, la foi et la volonté de l'Universel, l'Etat est la réalité où il trouve sa liberté et la jouissance de sa liberté. Ainsi l'Etat est le lieu de convergence de tous les autres côtés concrets de la vie ; art, droit, moeurs, commodités de l'existence. Dans l'Etat, la liberté devient objective et se réalise positivement. Cela ne signifie nullement que la volonté générale soit un moyen que la volonté subjective des particuliers utilise pour parvenir à ses fins et à la jouissance d'elle-même. Ce qui constitue l'Etat n'est pas une forme de vie en commun dans laquelle la liberté de tous les individus doit être limitée. On s'imagine que la Société est une juxtaposition d'individus et qu'en limitant leur liberté les individus font de sorte que cette limitation commune et cette gêne réciproque laissent à chacun une petite place où il peut se livrer à lui-même. C'est là une conception purement négative de la liberté. Bien au contraire, le droit, l'ordre éthique, l'Etat constituent la seule réalité positive et la seule satisfaction de la liberté. La Raison dans l'Histoire (1830), Plon, Paris, 1965.

2
C'est seulement dans l'Etat que l'homme a une existence conforme à la Raison. Le but de toute éducation est que l'individu cesse d'être quelque chose de purement subjectif et qu'il s'objective dans l'Etat. L'individu peut certes utiliser l'Etat comme un moyen pour parvenir à ceci ou à cela. Mais le Vrai exige que chacun veuille la chose même (die Sache selbst) et élimine ce qui est inessentiel. Tout ce que l'homme est, il le doit à l'Etat : c'est là que réside son être. Toute sa valeur, toute sa réalité spirituelle, il ne les a que par l'Etat. Idem.

Vers Première Page