Docteur Claude Gubler

Médecin généraliste de M. François Mitterrand et de sa famille, puis du président de la République et de ses deux familles (Mitterrand et Pingeot).
Ayant traité en tant que généraliste et dans le plus grand secret le cancer de la prostate du président de novembre 1981 à fin 1994.
Ayant signé sur ordre du président, tous les semestres, un bulletin de santé mensonger concernant ce dernier, qui après son élection en mars 1981 avait promis d'être "transparent", en référence au secret d'Etat que fut le cancer de la moëlle osseuse du président Georges Pompidou décédé de celui-ci le 2 avril 1974.

Auteur avec le journaliste Michel Gonod de Le Grand secret, paru chez Plon le 17 janvier 1996, vendu immédiatement à 40.000 exemplaires, interdit par la justice d'Etat le 18 janvier 1996, l'auteur étant condamné à quatre ans d'emprisonnement avec sursis pour "violation du secret professionnel" et à verser 340 000 frs de dommages et intérêts à Mme Mitterrand et à ses enfants, puis radié de l'ordre des médecins ...
Le Grand secret a alors été numérisé sur Internet: http://www.cs.cmu.edu/afs/cs/user/declan/www/le-secret/.
L'affaire est relatée par Michel Gonod, Le Secret du docteur Gubler, Le Rocher, Monaco/Paris, 1997.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH, Strasbourg) a, le 18 mai 2004, affaire Plon (société) c. France, condamné la France pour avoir interdit définitivement Le Grand secret.
Suite à cette décision le livre, Le grand secret, a été réédité aux Editions du Rocher, Monaco/Paris, en 2005.
Par contre la CEDH a rejeté le 27 juillet 2006 le recours du docteur Gubler contre sa radiation de l'ordre des médecins (art. 6§1, impartialité de la section disciplinaire)

1
Les hommes d'Etat malades ne démissionnent pas. Ils meurent en scène, croyant toujours qu'un miracle leur redonnera force et lucidité. L'exemple de Georges Pompidou qui inspira le voeu de transparence de François Mitterrand hantera ce dernier pendant quatorze ans. Il redoutera, lui aussi, de ne pouvoir aller jusqu'au bout, et ne parlera jamais de démission, bien que menacé d'une mort dramatique. Enfin il aura à ses côtés un homme, Edouard Balladur, qui a déjà vécu cette tragédie et qui, encore une fois, protégera la fonction suprême de l'Etat.
Le Grand secret, sur Internet, chap. 12.

2
Au terme de cette aventure, on se demandera ce qu'il convient de retenir en matière d'information sur la santé du Chef de l'Etat. Les exemples de Pompidou et de Mitterrand démontrent que le mensonge d'Etat existe et que rien ne peut y remédier. Il n'y a pas de solution toute prête au problème que pose la dissimulation de la vérité par le pouvoir en ce domaine. Pendant la campagne présidentielle de 1995, j'ai fait passer un message aux deux candidats du second tour, Lionel Jospin et Jacques Chirac, leur conseillant d'être prudents sur le sujet et de ne pas prendre d'engagement qu'ils ne seraient pas certains de pouvoir tenir.
Ibidem, chap. 13.

Vers Première Page