Florence Gauthier

Républicaine socialiste robespierriste ayant codirigé et présenté des discours de Robespierre dans Pour le bonheur et la liberté, Paris 2001.

1
Question : Mais pourtant on critique le jacobinisme comme "centralisateur" ...

Réponse F.G.
Le projet des Amis de la liberté et de l'égalité n'était pas de construire un Etat séparé de la société mais un gouvernement civil responsable devant une société civile. ... L'objectif du droit constitutionnel, pour le "côté gauche", c'est la réalisation des droits de l'homme par les droits du citoyen ; c'est rendre à la conscience sociale son rôle effectif dans le législatif, en créant un espace public démocratique qui s'élargissait en fonction de la participation de la société à l'élaboration de la loi. Pétitions, délégations à l'assemblée locale et/ou nationale, débats avec les élus, projets de lois étaient le quotidien des citoyens et des représentants du peuple. C'est ce que l'on appelait la souveraineté populaire. Imaginez une assemblée législative qui travaillait tous les jours et qui était à l'écoute tous les matins, des demandes du peuple ...
Propos recueillis par Jean-Louis Peyroux in Politis, 20 mars 2001, p. 32.

2
Question : ... et terroriste !

Réponse F.G.
....La terreur ce fut aussi le nom revendiqué en 1793-94 par la Convention montagnarde pour faire avancer une politique des droits de l'homme et du citoyen qui réclamait la fermeté dans l'application des lois et la répression des opposants. Abolir la féodalité comme abolir l'esclavage dans les colonies, par exemple, ne se fit pas sans une résistance acharnée des féodaux et des planteurs. Mais ce qui importe aussi de voir c'est que cette répression sans cesse remise en question, sans cesse corrigée pour y mettre fin, a revêtu des formes qui lui ont permis d'être modérée.
Ibidem p. 33.

Vers Première Page