Milton Friedman (1912-2006)

Economiste américain, leader de l'Ecole de Chicago, père de la théorie monétariste qui inspire les néo-conservateurs anglo-saxons adeptes du libéralisme classique, du capitalisme intégral, de l'économie de marché avec l'intervention minimale de l'Etat, donc profondément hostile au Keynesisme social-démocrate classique, le dirigisme, la politique interventionniste des politiques.
Auteur de nombreux ouvrages dont Capitalism and freedom, University of Chicago Press, Chicago, 1962, Capitalisme et liberté, Calmann-Lévy, Paris, 1971 ; Free to choose, Penguin Books, Harmondsworth, 1980, La liberté du choix, Belfond, Paris, 1980.

1
La question cruciale n'est pas de savoir si l'on fera jouer le marché ou pas. Toutes les sociétés - communiste, socialiste ou capitaliste - se servent du marché. La distinction cruciale est celle de la propriété privée. Qui sont les acteurs du marché et au nom de qui jouent-ils ?
S'agit-il de fonctionnaires gouvernementaux oeuvrant au nom de "l'Etat"? Ou s'agit-il de personnes privées oeuvrant pour leur compte personnel?
Milton Friedman, La "troisième voie" est sans issue, Le Monde, 20 juillet 1999, p. 1-13.

2
Sitôt qu'on souhaite réformer une politique gouvernementale, qu'il s'agisse de privatiser les télécommunications ou de réduire les aides agricoles, on est presque toujours affronté aux mêmes problèmes : triompher des avantages acquis, décourager les rentes de situation. Cette "tyrannie du statu-quo" est la principale raison pour laquelle les mécanismes politiques sont infiniment moins efficaces que ceux du marché pour encourager un changement dynamique, pour nourrir la croissance et la prospérité.
Ibidem.

3
Rare sont les règles permettant de renverser cette tyrannie de l'immobilisme (la tyrannie du statu quo). Il en est une, claire, à tout le moins : s'il faut privatiser ou élaguer une activité publique, faites-le complètement. Ne recherchez pas un compromis grâce à une privatisation partielle ou à une réduction partielle du contrôle étatique. Semblable stratégie revient tout simplement à laisser dans la place un quarteron d'adversaires déterminés qui travailleront avec diligence (et souvent avec succès) à renverser la vapeur.
Ibidem.

Vers Première Page