Marcus Tullius Cicero 106-43 av. J.C.

Avocat et politicien. Grand maître de la rhétorique latine et brillant orateur. Tusculanes, 2 vol., Arléa, Paris, 1991. L'amitié, 93 p, Arléa, 1991. L'Orateur, 394 p., Les Belles Lettres, Paris, 1964. De la République ; Des lois, 250 p., GF-Flammarion n°38, Paris, 1965.

1
Chacun trouve beau ce qu'il sait.
Tusculanes, V, 22, 63.

2
Le visage est le miroir de l'âme.
De Oratore, III, 22.

3
On connaît ce mot de Caton l'Ancien : De méchants ennemis rendent parfois plus de services que d'agréables amis ; les uns disent souvent la vérité, les autres jamais.
De amicitia, chap. XXIV, par. 90.

4
... nous sommes né pour la justice, et (que) le droit a son fondement, non dans une convention, mais dans la nature. ... la raison, qui seule nous élève au-dessus des bêtes, qui nous sert à interpréter, à raisonner, à réfuter, à discuter, à conclure est commune à tous les hommes ... . (que) les hommes ne forment entre eux qu'une seule société, et en fin de compte (qu')une même règle de vie droite les rend meilleurs. Il suit de là que la nature a mis en nous le sentiment de la justice pour que tous nous nous venions en aide l'un à l'autre et nous rattachions l'un à l'autre ; et c'est dans toute cette discussion ce que j'entends par nature. Si, se conformant à la nature, les hommes jugeaient, comme le dit le poète, que "rien d'humain ne leur est étranger", tous respecteraient également le droit. Or la raison est commune à tous ; le droit leur a donc été donné aussi.
Des Lois, Livre I.

Vers Première Page