Cesarani David
David Cesarani. Professeur d'histoire juive moderne à l'université de Southampton.

1
Les années 60 ont marqué la fin du melting-pot, symbole de la société américaine, et la naissance de la "nouvelle ethnicité". Il était désormais bien vu d'avoir des origines étrangères. Ce "particularisme" a permis aux juifs américains, et notamment aux survivants de l'Holocauste, de raconter pour la première fois leur histoire. Ce qu'ils avaient vécu correspondait, en outre, à l'image que l'Amérique voulait donner d'elle : un sanctuaire des victimes de l'Histoire. Le statut de victime s'est révélé extrêmement profitable aux juifs américains désireux de défendre leurs privilèges face à d'autres groupes ethniques, les Afro-Américains en particulier, sans apparaître trop puissants ou avides. David Cesarani, Shoah, l'histoire en jugement, Le Monde, 28 janvier 2000, p. 1 et 16.
2
A l'extrême gauche, dans les années 70 et 80, l'idée courait volontiers que les juifs cultivaient l'Holocauste pour soutenir le droit à l'existence d'Israël aux dépens des Palestiniens, et repousser les critiques visant sa politique d'occupation. Ces thèmes sont ceux que met en scène la pièce de Jim Allen, Perdition, écrite en 1987 et qui a de façon révélatrice été ressuscitée l'an dernier. Dans cette oeuvre dramatique, qui traite -coïncidence - d'un procès en diffamation, la défense fait valoir qu'"Israël est un chien de garde rémunéré : une nation construite sur la culpabilité de l'Occident et soutenue par les dollars américains".Idem.
3
L'Holocauste fascine, à l'heure qu'il est, non pas seulement parce qu'il constitue un chapitre saisissant de l'Histoire, mais parce qu'il présente une stupéfiante actualité. Dans une Europe qui a récemment connu le "nettoyage ethnique", le passé est devenu le présent. Les événements du Rwanda l'ont montré, le génocide n'est pas un simple sujet de recherche universitaire. La violation quotidienne des droits de l'homme et le traitement à courte vue du problème des réfugiés évoquent inévitablement ce que fut le passé ; ils exigent que ce passé soit analysé et, toutes proportions gardées concernant l'ampleur et la nature des faits, qu'il soit rappelé à la mémoire en avertissement. Idem.
4
Sur le marché mondial des valeurs morales, l'Holocauste semble fournir un exemple du mal devenu réalité sur lequel tout le monde peut s'accorder. La mondialisation de l'information en a fait un sujet omniprésent, mais qui ne rallie pas tous les suffrages. Le combat mené pour obtenir des compensations à la servitude et au travail forcé durant la période nazie n'aurait pas trouvé les appuis qu'il a trouvés sans, en partie du moins, la tendance actuelle à considérer que les sociétés multinationales doivent répondre de la façon dont elles traitent leurs employés. Les normes éthiques qui sont la règle dans les grandes entreprises ont conduit à une même exigence en ce qui concerne le monde des affaires sous le IIIème Reich. Un tel souci existait à peine il y a quelques années. Idem.

Vers Première Page