Jacques Bertin

Journaliste à Politis et auteur notamment de Chante toujours, tu m'intéresse, ou les combines du show-biz, Le Seuil, Paris 1997.

1
En France, il est admis qu'on se moque publiquement de la religion catholique. Mais osez donc vous moquer de la religion juive ! Quant à la religion musulmane ...
Dans nos milieux (de "la gauche plurielle"), critiquer les Arabes, ou l'Islam, c'est s'exposer au moins au froncement de sourcil de l'interlocuteur : et si l'on avait dérapé ? Si l'on était "contaminé" ? Lepénisé ? Ainsi faut-il bien du courage à Guy Hennebelle pour lancer ce numéro de la revue Panoramiques (L'Islam est-il rebelle à la libre critique ?, Panoramiques n°50, Ed. Corlet et Marianne) consacré à la liberté de critique de l'Islam, comme un deuxième pavé, après un précédent qui était intitulé L'islam est-il soluble dans la République ?
Jacques Bertin, Critiquer l'Islam, Politis, 1er février 2001, p. 35.

2
Cette religion est autoritariste, antiféministe, elle considère les droits de l'homme comme une foutaise. Car la conscience humaine n'est rien par elle-même, vu que Dieu seul est grand. Et puisque l'esprit qui nous crée nous surveille, nier son existence, c'est faire un péché contre l'esprit, contre l'évidence. L'affaire est ainsi jugée : l'athée, ou l'agnostique, n'est qu'un apostat qui mérite d'être châtié. C'est tout à fait l'argumentation de l'Inquisition.
Ibidem.

Retour Première page